Ils apparaissent au printemps en même temps que les cellules royales qui donneront naissance aux reines vierges. Plus gros que les abeilles, reconnaissables à leurs deux yeux proéminents, ils ne peuvent pas piquer car ils sont démunis de dard.
Leur seule tâche consiste à tenter de féconder les jeunes reines dès leur envol de la ruche. S’il y a beaucoup de prétendants, il y a peu d’élus. Et ceux-ci s’arrachant une partie de leur système digestif au moment de l’acte, y laissent leur vie…

L’immense majorité des mâles ne travaille pas, se laisse entretenir par les ouvrières et vagabonde de ruches en ruches. Cette vie de bon vivant ne dure pas longtemps. Dès le milieu de l’été, lorsque les miellées s’amenuisent, les ouvrières ne supportent pas de voir leurs réserves de miel nourrir ces rois fainéants et décident de les supprimer.
A plusieurs sur un faux bourdon, elles les massacrent impitoyablement !